Toute création résulte d’un besoin, d’une idée, d’un désir, que ce soit conscient ou NON !!

Dans la nature, l’évolution des espèces animales et végétales s’est faite à partir d’une urgence à s’adapter de façon nouvelle, originale, à l’environnement changeant ou destructeur.

Chez l’homme, les inventions lui ont permis d’accéder à un plus grand confort de vie. Mais pourquoi avait-il besoin d’un plus grand confort ? Quels événements majeurs et confrontants lui ont fait créer de nouvelles idées, de nouveaux objets, de nouveaux concepts ? Il suffit de suivre le fil de l’Histoire pour comprendre…

Toujours en recherche du mieux, le monde vivant crée pour améliorer son espèce et sa survie, c’est un programme inée qu’on soit une plante, un animal ou un humain. Sans besoin, sans intention, pas de création !

Ainsi la création ne peut pas être le fruit du hasard.  On peut l’appeler saut quantique, intuition, bénédiction ou punition divine, la création d’un enfant est toujours le fruit d’une demande même lorsqu’il arrive contre le gré de ses géniteurs. Cet enfant vient s’incarner pour prendre une place dans la généalogie d’une famille, il répond par sa présence à un projet, conscient ou inconscient, il vient jouer son rôle, celui qu’on attend de lui d’abord, puis celui qu’il aura choisi peut-être plus tard, à l’âge adulte, souhaitons-le lui.

Aussi perturbante que puisse être l’arrivée d’un enfant dans le ventre maternel, elle n’en est pas moins un acte créateur fort, la création la plus puissante de l’espèce humaine. Les attentes visibles et invisibles  vont donc peser sur lui, qu’il reste en vie ou qu’il retourne avant terme vers une autre destinée. Chaque pensée, décision, désir de ses parents vont déterminer ses choix, son comportement, son rapport à la vie. Le but d’un enfant c’est de correspondre au projet de ses parents : “C’est comme cela qu’ils m’aiment, c’est comme cela que je dois être pour être encore aimé.”

Chaque enfant est la conséquence d’une généalogie qui parle à travers les désirs parentaux. Il pourra aussi venir incarner une place restée vacance, une place royale ou cachée. Chaque famille a ses histoires, ses sagas, des drames et ses gloires dont l’enfant à naitre devra rejouer une partie, sa partition, à sa manière…

En psychogénéalogie on explore ce qui s’est joué autour des naissances, ces 9 mois les plus empreints de son identité qui vont déterminer le reste de son chemin de vie inconscient.

Si vous voulez donner la vie ou que vous êtes en train de la couver, profitez de la psychogénéalogie pour comprendre votre rapport à la création, à la naissance, afin que les programmes cachés de votre enfant soient mis en lumière, reformatés et mûris dans l’amour inconditionnel.

Véronique FRESLON, Libres Racines, 2020